Page mise à jour le jeudi 27  mai 2021

Les voyages forment la jeunesse

IMG_0039

Objectifs et propositions

1. Définir une stratégie Internationale partagée et ordonnée

L'international pour un IUT, lieu de formation universitaire et technologique, est une nécessité afin de : permettre cette ouverture aux étudiants qui pour nombre d'entre eux n'ont pas encore eu cette chance d'y "goûter", permettre d'être attractif au-delà de notre périmètre régional Nord FC Sud Alsace ou encore permettre de générer une dynamique interne.

Le BUT nous remet dans le jeu des schémas universitaires internationaux : Licence, Baccalauréat (Québec), Bachelor, etc. Contrairement aux DUT, nous pouvons envisager de nouvelles opportunités pour nos formations et nos étudiants.

Si l'international doit être une ambition pour notre IUT, il ne faut pas partir dans tous les sens. Coconstruisons dans la durée avec des objectifs à 5 ans, et des étapes intermédiaires. Voici quelques principes :

  1. Mettre en place l'organisation qui fonctionne dans la durée. Nous proposons : la création d'une commission "International" avec une co-présidence direction et un enseignant. Cette commission doit permettre d'aborder les sujets et projets transversaux à l'IUT, elle peut être sollicitée par la direction sur un point en particulier, elle permet de faciliter les échanges entre les correspondants (ou représentants, ou responsables, le terme approprié est à trouver) mobilité internationale dans les départements en plus des autres modalités de communication. Toute personne impliquée dans l'international peut s'y associer. Dans tous les cas, il y a au moins un représentant par département. Il est d'ailleurs temps de [mieux] reconnaître le travail réalisé par les correspondants des départements.  Nous ajoutons l'appui d'au moins un personnel administratif dont le périmètre doit être défini clairement. Enfin, des référents par sujet, membres de la commission doivent être identifiés : certification, par pays ou zone pays, accueil étudiant IUT, etc.
  2. Renforcer nos relations partenariales avec les acteurs directs et indirects concernés par l'international.
    1. En premier lieu le service des relations internationales de l'UFC (DRIF). Jusqu'à présent nous faisions "de notre côté" avec des interactions opérationnelles ponctuelles. Aujourd'hui, veillons à travailler notre démarche stratégique et opérationnelle en pleine coopération avec la DRIF et le VP Relations Internationales qui se trouve aussi être enseignant chercheur à l'IUT. Une piste possible est celle d'aligner nos référents programme et pays avec les référents de la DRIF. Le B.U.T. facilitera la valorisation de nos parcours lors des conventionnements avec des universités étrangères.
    2. Les établissements partenaires à l'étranger avec qui nous travaillons depuis un certain nombre d'années. La covid peut avoir fragiliser ces partenariats, réaffirmons rapidement notre souhait de poursuivre et même d'aller plus loin avec eux.
    3. Il nous faut aussi bien identifier et interagir avec les institutions nationales et internationales qui peuvent nous aider dans notre développement.
    4. Les collaborations locales et régionales. Des associations locales peuvent être un bon point d'appui pour faciliter les échanges internationaux. Elles peuvent être facilitatrices pour la mise en relation, pour aider à l'accueil d'étudiants ou délégations étrangères, et nous pouvons aussi les aider à alimenter leurs partenariats. L'autre piste à envisager est d'investir les jumelages de quelques villes du nord Franche-Comté. Travaillons avec celles qui sont prêtes à vouloir construire avec nous, dans la durée, un vrai projet gagnant-gagnant dans la durée.
    5. Le CROUS, le Conseil Régional Bourgogne Franche-Comté, etc.

2. Affirmer et développer nos actions en matière de mobilité sortante

La mobilité sortante concerne nos étudiants inscrits en formation. Elle peut prendre de nombreuses formes comme les stages à l'étranger, le semestre voire l'année, la mission ponctuelle pour un alternant, la mobilité collective pour un groupe d'étudiants, etc. 

  1. Semestres à l'étranger : Francophonie. Dans un premier temps il nous faut prioriser la francophonie notamment le Québec, et revoir très vite les conventions avec les CEGEP et prioriser BUT 2 (1 voire 2 semestres) et pourquoi pas BUT1 et le semestre 2 si toutefois les contraintes administratives en matière d'immigration le permettent. Réinvestissons les partenariats avec les universités québécoises pour le BUT 3 car cette fois-ci nous sommes en équivalence possible sur le grade de licence. La francophonie c'est s'intéresser à de nombreuses universités dans le monde qui proposent des cursus en français et c'est l'un des axes prioritaires de développement de l'Université de Franche-Comté.
  2. Semestre à l'étranger : Multilingue. Augmenter progressivement le nombre d'universités étrangères pour l'accueil d'étudiants, en privilégiant les programmes Erasmus+. S'appuyer sur le réseau ADIUT et les programmes existants pour identifier les opportunités de mobilité sortante avec les universités qui "envoient" des étudiants dans nos 110 IUT.
  3. Formations hybrides. Nous observons une accélération des offres de formation avec des universités étrangères en mode hybride ou complétement en distanciel. Nous devons nous y intéresser pour voir ce qui est possible d'envisager, notamment dans le cadre éventuel d'un double diplôme.
  4. Stages : Encore et +. Inciter les étudiants à élaborer un projet à l'international dans le cadre d'un stage de moyenne ou longue durée. Une perspective sur 3 ans permet la maturation du projet, sa préparation et son financement.
  5. Alternance : Le cadre juridique existe, les financements aussi (sur le papier pour le moment), à nous de nous saisir de cette question qui ne permet pas aujourd'hui aux étudiants en apprentissage de vivre une expérience à l'international. La mobilité collective est un premier pas, la mobilité individuelle doit aussi devenir une possibilité pour le plus grand nombre.
  6. Mobilité collective : c'est une forme de mobilité internationale qu'il ne faut pas négliger. Les projets de voyage pédagogique doivent être envisageables avec l'implication des équipes. Avoir une mission à l'étranger avec des objectifs professionnels, rencontrer d'autres étudiants, mettre en place un serious game international, etc. de nombreuses pistes sont possibles. 

Mais la mobilité internationale concerne aussi les personnels de l'IUT :

  1. La mobilité des enseignants. Inciter et valoriser les enseignants qui veulent enrichir leurs connaissances par l'immersion en entreprise ou en université à l'étranger. Des financements existent, à nous d'aller les "chercher" dans le cadre d'un projet individuel au bénéfice du collectif, des étudiants mais aussi des autres collègues par le retour d'expérience.
  2. La mobilité des personnels administratifs et techniques. Une possibilité est offerte notamment avec des financements Erasmus+. Voir ce qu'il se passe dans des universités étrangères, rencontrer des collègues, comprendre leur fonctionnement, identifier des opportunités de coopération, etc. autant d'intérêts pour accompagner les personnels intéressés par cette démarche. Incitons, proposons et accompagnons les personnels qui pourraient être intéressés.

3. Affirmer et développer nos actions en matière de mobilité entrante

5,5% des inscrits à l'IUT de Belfort Montbéliard sont des étudiants internationaux, la moyenne pour l'Université est de 11,4% (données internes UFC 2019-2020). Si nous voulons faire de l'international un axe de différenciation et de singularité, nous devons nous fixer un objectif quantitatif ambitieux en matière d'accueil d'étudiants internationaux. Ils étaient 88 en en 2019-2020, visons une premier palier en doublant ce chiffre d'ici 5 ans. Mais pour y arriver, il nous faut nous organiser et identifier les pistes de développement :

  1. Soigner l'accueil des étudiants. Etre bien accueilli, cela conditionne fortement la réussite du séjour. Etre bien accueilli et bien suivi est aussi vecteur d'image et de prescription. Les étudiants internationaux devenant nos meilleurs ambassadeurs pour inciter d'autres à venir non pas à Paris, Nice ou Bordeaux mais à Montbéliard / Belfort. Les étudiants internationaux, doivent en amont de leur arrivée bénéficier d'un suivi le plus individualisé possible et d'informations communiquées au bon moment (administratives, hébergement, etc.). Ils doivent donc rapidement être identifiés par quelqu'un dans l'IUT qui devient le point relais, la boussole. Différentes actions doivent être menées pour faciliter l'accueil une fois arrivée dans le Nord Franche-Comté : rencontres collectives, remise ou accès à un livret d'accueil, parrainage avec des étudiants motivés, identification des relais administratifs et pédagogiques, etc.
  2. Soigner l'accueil des partenaires internationaux. Les partenariats à l'international, c'est une affaire de passionnés, de contact et de liens. Il faut donc aussi soigner notre accueil lorsqu'un partenaire vient en visite à l'IUT. Nous devons penser le parcours classique du visiteur international en lui facilitant son arrivée, son hébergement, etc. Il nous faut identifier dans l'IUT au moins deux personnels administratifs qui peuvent soutenir les enseignants investis à ces tâches d'accueil, au moins un sur Belfort et un sur Montbéliard.
  3. Comment accueillir plus d'étudiants sur les B.U.T. ? Acte 1 : La francophonie. Les avantages sont nombreux, dont celui de pouvoir attirer des étudiants pour l'ensemble du cycle BUT1 à BUT3. Le principe mis en place au niveau mondial avec Campus France doit être considéré comme une première étape. La suivante est d'avoir une analyse fine des pays, puis des universités d'origine des candidats pour envisager une coopération améliorant le processus de sélection d'étudiants. 
  4. Comment accueillir plus d'étudiants sur les B.U.T. ? Acte 2 : Proposer des cours en anglais. Ici nous visons l'accueil d'étudiants plutôt en BUT3. Mais nous offrons aussi la possibilité pour nos étudiants de bénéficier d'un bain linguistique professionnel. Nous devons proposer une année de cours en anglais qui devient le sésame pour augmenter significativement notre potentiel d'accueil d'étudiants internationaux. Cela offre aussi la possibilité de conventionner avec des établissements étrangers avec réciprocité dans les échanges permettant en général la gratuité des frais d'inscription, cela peut faciliter les Co diplomations, etc. D'ici 4 ans, à nous de nous organiser :
    1. Identifions dès cette année un parcours tertiaire et un parcours secondaire parmi les 25 proposés par l'IUT qui peuvent faire l'objet d'une offre en anglais. La sélection est multifactorielle (attractivité du parcours à l'international, équipe déjà sensible à l'international, compétences linguistiques, motivation de l'équipe sur ce sujet, etc.). Le BUT3 est à privilégier pour de nombreuses raisons : la fin du parcours de 1er cycle est propice aux échanges internationaux, la maturité des étudiants est plus forte, cela laisse le temps de préparation pour les étudiants intéressés, le nombre d'heures de formation est en général moins important sur la 3ème année, nous y associons un stage long, etc.
    2. Formons et accompagnons les collègues concernés. Le BUT3 s'installera en 2023, cela laisse du temps pour s'y préparer. Soit nous sommes prêts et motivés pour démarrer dès 2023 et nous avons l'année 2022 pour promouvoir notre offre, soit nous visons 2024 après avoir éprouvé notre modèle avec les étudiants présents et volontaires en 2023. Avoir un groupe de collègues constitué peut faciliter la mise en place de formations dédiées notamment en sollicitant le CLA.
    3. Mobilisons aussi des intervenants vacataires qui utilisent l'anglais dans leur travail. Nous avons de nombreuses entreprises internationales dans le nord Franche-Comté, il faut en profiter. Nous pouvons aussi proposer de la formation à distance avec des partenaires étrangers (exercice de réciprocité à envisager) mais aussi des professionnels notamment d'anciens étudiants de l'IUT.
  5. Comment accueillir plus d'étudiants internationaux sur les B.U.T. ? Acte 3 : Proposer une année de préparation à l'entrée en cursus IUT pour des étudiants non francophones. Un programme de ce type a existé il y a quelques années à l'IUT en partenariat avec le CLA. Il s'agit d'accueillir des étudiants de niveau bac, avec déjà un parcours en français dans leur scolarité. Pendant une année ils ont des cours de Français Langues Etrangères, ils baignent dans le bain culturel français, ils sont présents à l'IUT et participent aux événements, et ils bénéficient de certains cours "IUT" pour les préparer à l'enseignement tel que nous le proposons.

4. Veiller à enrichir notre pédagogie avec l’international dans sa dimension linguistique et culturelle

La maîtrise linguistique en situation professionnelle est indispensable pour accéder à de nombreux postes à un niveau technicien et cadre intermédiaire. Ce sera encore plus vrai pour les étudiants qui visent un niveau ingénieur/cadre. L'ensemble des B.U.T. prévoit l'anglais comme langue obligatoire, certains ajoutent une deuxième langue vivante. L'Approche Par Compétences, qui devient la règle dans les B.U.T., permet de confirmer la mobilisation de "l'outil linguistique" en situation professionnelle. Les dizaines de SAÉ sur les trois années seront autant d'occasions pour les étudiants de se mettre dans ce bain linguistique et culturel professionnalisant.

Certains sujets peuvent mériter d'être réfléchis et organisé à l'échelle de l'IUT et pas seulement à celle du département de formation. Ainsi, veillons à :

  1. Organiser et coordonner la certification en langues étrangères. Celle-ci s'impose à nous à la fois d'un point de vue institutionnel mais aussi par la nécessité de "prouver" à un employeur le niveau de compétences atteint sur la base de standards internationaux. C'est aussi un indicateur de performance utile comme repère pour la progression sur les trois années. Nous inciterons à ce que les étudiants puissent bénéficier d'un test de positionnement "interne" à l'entrée en B.U.T., un test intermédiaire en 2ème année pour aller sur la certification en 3ème année.
  2. Inciter et développer l'usage de documents en langue anglaise dans toutes les SAÉ et dans un maximum de ressources. Même si la maîtrise de la langue par l'enseignant n'est pas très élevée, il est tout de même possible de traiter des documents professionnels pour une illustration, un exercice, un TP, etc. (notice d'utilisation, tutoriel vidéo, article de presse, etc.).
  3. Envisager d'accueillir régulièrement des assistants de langue. On les voit régulièrement en collège et au lycée, et plus personne à l'IUT. C'est dommage, il nous faut permettre cet accueil au profit de tous, étudiants et équipes pédagogiques. L'UTBM en reçoit, nous devons aussi pouvoir le faire !
  4. Inciter nos partenaires pour multiplier les situations d'accueil d'enseignants étrangers en immersion pédagogique à l'IUT. Différents formats peuvent être envisagés avec des immersions courtes, moyennes ou longues, avec réciprocité ou pas.
  5. Intensifier les interventions depuis l'étranger. De nombreuses actions existent, souvent peu connues et trop rares : conférences, jeux sérieux, parrainage, etc. N'oublions pas de nous appuyer sur nos anciens étudiants installés à l'étranger

5. Communiquer sur ce qu’est l’international à l’IUT de Belfort-Montbéliard

L'international doit être un levier d'attractivité pour l'IUT. A nous de le faire savoir sur la base de ce que nous faisons et des projets en cours. Dans le monde numérique et en réseau tel que nous le vivons, nous devons être performants sur notre communication web :

  1. Le site internet de l'IUT doit valoriser toutes les actions avec du contenu attrayant (reportages sur des événements, des témoignages, etc.)
  2. Les réseaux sociaux pour la dimension "affective" que cela permet et la mise en relation directe avec des partenaires, des étudiants internationaux, etc.
  3. Les relations publiques avec le travail fait par les référents par département et référents "transversaux". C'est aussi par les membres de la Direction des Relations Internationales de l'Université de Franche-Comté

Informations sur le sujet

Chiffres : l'IUT Belfort-Montbéliard

Enquête personnels de l'IUT avril 2021

Enquête personnels de l'IUT avril 2021 : Verbatim

Liens

International, La parole est à vous

Vous souhaitez nous faire part de votre avis ? Vous avez d’autres idées ? N’hésitez pas à compléter ce formulaire. Nous lirons votre message avec attention.
David & Valérie