Page mise à jour le vendredi 28 mai 2021

Vivre ensemble

GACO-Diversité-

Objectifs et propositions

1. Sensibiliser aux handicaps à l’IUT

La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées prend en compte les quatre familles du handicap : moteur, sensoriel, cognitif, psychique et concerne également les personnes à mobilité réduite, y compris de manière temporaire.

 

Définition :  “Constitue un handicap au sens de la présente Loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant”

 

Cette loi prévoit les modalités de l’accueil des étudiants handicapés dans les établissements d’enseignement supérieur, modalités qui doivent impliquer si besoin des aménagements nécessaires à leur situation dans l’organisation, le déroulement et l’accompagnement de leurs études, tels par exemple, la mise en place d’un dispositif pédagogique adapté, l’aménagement des examens et concours…

 

Ainsi, nous devons nous concerter pour :

  1. Améliorer les conditions d’accessibilité de l’établissement. Cela concerne les cheminements extérieurs, le stationnement des véhicules, les conditions d’accès et d’accueil dans les bâtiments, les circulations horizontales et verticales (ascenseur) à l’intérieur des bâtiments, les sanitaires, les portes, les revêtements de sol, les équipements et mobiliers intérieurs/extérieurs. Cela doit se réfléchir de façon raisonnée en adéquation avec les projets patrimoniaux de l’IUT.
  2. Développer et partager tous les dispositifs d’accompagnement médical et social (espace de travail, étude, …). Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir venir travailler et étudier à l’IUT sereinement.

Concernant la pédagogie, nous devons ensemble réfléchir à un échange de bonnes pratiques pour qu’un étudiant souffrant d’un handicap bénéficie de la même qualité d’accueil quelque soit le campus ou le département. Par exemple, la dyslexie affecte des milliers d’étudiants dans les universités. Ce handicap porte sur la facilité et la capacité des individus à lire et écrire. Il serait important et juste que nous puissions tous être sensibiliser avec la dyslexie, sa prise en charge médico-sociale et les effets que ce trouble peut avoir sur la vie universitaire. Nous proposerons notamment un atelier de travail sur ce sujet.

2. Lutter contre toutes les formes de discrimination au travail et en étude

  1. Veiller au respect de l'égalité dans le recrutement et le déroulement des carrières du personnel de l’IUT. 
     
    Depuis 2015, l’IUT travaille de façon étroite avec l’Université de Franche Comté sur cette question et a participé au Projet Interrégional Laboratoire de l’Égalité (PILE), en collaboration avec l’Université de Genève qui a pour objectif de garantir un accès à l'emploi de qualité pour les femmes, une insertion professionnelle durable et un accès aux postes à responsabilités. Ce projet concernait l’égalité femme-homme avec un volet spécial management au sein des deux universités. De nombreuses actions ont pu voir le jour.

     
    Un réseau de 100 femmes (et des milliers d’autres) a été créé. Il met en évidence des carrières très différentes. Alimentons ce réseau !  Ce travail de collaboration avec nos partenaires doit se poursuivre. Nous devons lutter également contre toutes les discriminés.
     
  2. Veiller à l'égalité entre étudiantes et étudiants dans le déroulement des études et lors des processus d'orientation.
     
    Pour l’aspect parité de ce volet, afin d’y arriver, nous devons acquérir et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes, et s’engager pour une plus grande mixité des filières de formation. Malgré une prise de conscience globale de la non mixité de nos filières, les différences d’orientation entre les lycéennes et les lycéens sont encore perçues comme l’expression de différences « naturelles » entre les sexes en termes d’intérêt. Filles et garçons sont encore bien trop souvent enfermés dans des rôles et représentations stéréotypés selon leur sexe.

     
    La création d’un monde professionnel pleinement mixte et égalitaire implique que chacun puisse être guidé, accompagné, et encouragé pour ouvrir « le champ des possibles ». Dans les formations, mettons en place des outils de lutte contre les stéréotypes liés au genre et à l’orientation sexuelle pour orienter les étudiantes comme les étudiants dans leurs choix professionnels et les accompagner vers le marché de l’emploi, y compris vers les métiers de la recherche.

3. Impulser une dynamique de l’égalité

Nous devons promouvoir les actions nécessaires pour lutter contre le harcèlement et les violences liées au genre.  Il nous faut :

  1. Informer/sensibiliser les étudiants et les personnels
     
    Nous devons identifier les événements qui peuvent déclencher des actions de harcèlement. Une sensibilisation dès l’arrivée dans nos locaux est indispensable. Des informations claires avec des numéros d’urgence doivent pouvoir être facilement consultables par l’ensemble de la communauté !

     
    Pour chacune des situations à risque, nous devons être capables de proposer des recommandations. Un groupe de travail de Science Po a rédigé un rapport très complet sur les violences sexuelles et sexistes, inspirons de ce travail pour créer nos propres outils de sensibilisation.
  2. Recevoir et accompagner les personnes qui en seraient victimes ou témoins
  1.  

Egalité, Diversité, Handicap, La parole est à vous

Vous souhaitez nous faire part de votre avis ? Vous avez d’autres idées ? N’hésitez pas à compléter ce formulaire. Nous lirons votre message avec attention.
David & Valérie